LES PROTEINES DEFIENT LE HASARD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

LES PROTEINES DEFIENT LE HASARD

Message  obayd allah le Sam 5 Avr - 23:56

LES PROTEINES DEFIENT LE HASARD
La cellule n'est pas la seule entité ne pouvant pas être produite: la formation, dans le cadre de conditions naturelles, même d'une seule protéine parmi les milliers de molécules complexes de protéines composant une cellule, est impossible.
Les protéines sont des molécules géantes consistant en acides aminés arrangés en une séquence particulière selon des proportions et des structures bien précises. Ces molécules sont les briques servant à édifier cette bâtisse qu'est la cellule vivante. La plus simple est constituée de seulement 50 acides aminés; mais certaines protéines comptent jusqu'à plusieurs milliers d'acides aminés. L'absence, l'ajout ou le remplacement d'un seul acide aminé dans la structure protéinique des cellules vivantes, dont chacune remplit une fonction particulière, transforme la protéine en question en un amas moléculaire inutile. Incapable de démontrer la "formation accidentelle" des acides aminés, la théorie de l'évolution s'embourbe sur la question de la formation des protéines.
Nous pouvons démontrer de manière simple, à l'aide de calculs de probabilité compréhensibles par tous, que la structure fonctionnelle des protéines ne peut aucunement être le fruit du hasard.
Il y a vingt acides aminés différents pouvant entrer dans la composition d'une protéine d'un être vivant. Si nous considérons qu'une molécule protéinique est composée en moyenne de 288 acides aminés, il y a 10375 combinaisons différentes d'acides aminés. Parmi toutes ces séquences possibles, une seule forme la molécule protéinique désirée. Les autres chaînes d'acides aminés sont soit complètement inutiles, soit même nuisibles aux êtres vivants. En d'autres termes, la probabilité de la formation par coïncidence d'une seule molécule protéinique est de 1 sur 10375. Ceci démontre l'impossibilité pratique d'un tel événement. De plus, une molécule protéinique composée de 288 acides aminés est plutôt modeste comparée à certaines molécules protéiniques géantes constituées de plusieurs milliers d'acides aminés. Et lorsque nous appliquons le même calcul de probabilités à ces grandes molécules, le mot "impossible" devient lui-même inadéquat, étant bien en deçà des réalités.
Si la formation accidentelle de ne serait-ce qu'une simple protéine s'avère tout à fait improbable, il est des milliards de fois plus impossible encore qu'un million de ces protéines se combinent de façon organisée afin de mettre sur pieds une cellule humaine complète. Par ailleurs, une cellule n'est pas seulement composée de protéines; en addition aux protéines on trouve en effet des acides nucléiques, des hydrates de carbone, des lipides, des vitamines et beaucoup d'autres substances chimiques telles que des électrolytes, tous ces éléments étant harmonieusement arrangés selon des proportions spécifiques, pour remplir diverses fonctions; à chaque fonction correspond un constituant cellulaire appelé organelle ou organite.
Comme nous l'avons vu l'évolution est incapable d'expliquer la formation d'une seule protéine parmi les millions qu'en compte une cellule, sans parler de la formation de la cellule dans son ensemble.
Le Professeur Dr Ali Demirsoy, qui est l'une des figures de proue de la pensée évolutionniste en Turquie, a discuté dans son ouvrage Kalitim ve Evrim (Héritage et Evolution) de la probabilité de la formation accidentelle du Cytochrome-C, l'une des enzymes essentielles de la vie:
"La probabilité de la formation d'une séquence du Cytochrome-C est pour ainsi dire nulle. C'est-à-dire que si la vie requiert une certaine succession d'événements, on peut affirmer que sa probabilité d'exister ne peut se réaliser qu'une seule fois dans tout l'Univers. Sinon, il faut admettre que certaines puissances métaphysiques sont intervenues dans l'apparition de la vie. Mais accepter cette dernière hypothèse serait préjudiciable aux objectifs fixés à la science, aussi devons-nous accepter la première hypothèse." 11
Plus loin, Demirsoy admet que cette probabilité, qu'il n'a acceptée que parce qu'il la trouvait plus conforme aux objectifs de la science, est irréaliste:
"La probabilité pour que se réalise par hasard la séquence particulière d'acides aminés relative au Cytochrome-C est aussi faible que la probabilité de voir un singe rédiger l'histoire de l'humanité sur une machine à écrire, en supposant de plus que le singe taperait sur les touches au hasard." 12
L'agencement correct des acides aminés convenables ne suffit pourtant pas pour la formation de l'une des molécules protéiniques présentes dans les êtres vivants. En plus de cela, chacun des vingt types différents d'acides aminés présents dans la composition des protéines doit être lévogyre. Chimiquement parlant, on distingue les acides aminés lévogyres et ceux qui sont dextrogyres. La différence entre eux réside dans le plan de symétrie au sein de leur structure tridimensionnelle, qui est semblable à la symétrie existant entre les mains gauche et droite d'une personne. Les acides aminés des deux types sont présents en nombre égal dans la nature, et ils peuvent parfaitement bien se combiner les uns avec les autres. Cependant, la recherche a permis de mettre en lumière un fait étonnant: toutes les protéines présentes dans les structures cellulaires des êtres vivants sont composées exclusivement d'acides aminés lévogyres. Un seul acide aminé dextrogyre présent dans une telle protéine rendrait celle-ci inopérante.
Supposons le temps d'un instant que la vie soit apparue par un jeu de coïncidences, comme le clament les évolutionnistes; dans ce cas, les acides aminés dextrogyres et lévogyres devraient être présents en proportions à peu près égales, ayant été générés par hasard. La question de savoir comment les protéines d'êtres vivants ont pu être composées uniquement d'acides aminés lévogyres est quelque chose qui confond encore les évolutionnistes. Dans l'ouvrage Britannica Science Encyclopaedia, défendant ardemment l'évolution, les auteurs indiquent justement que les acides aminés entrant dans la composition de tous les organismes vivants sur terre et les composants des polymères complexes tels que les protéines présentent la même asymétrie lévogyre. Ils ajoutent qu'une telle situation équivaut à tirer à pile ou face un million de fois en obtenant à chaque fois "face". Dans la même encyclopédie il est écrit qu'il n'est pas possible de comprendre pourquoi les molécules deviennent lévogyres ou dextrogyres, et que ce choix est lié de manière fascinante à l'origine de la vie sur terre.13
Et il ne suffit pas que les acides aminés soient arrangés dans de justes proportions et séquences, et selon les structures tridimensionnelles requises. La formation d'une protéine requiert également que les molécules d'acides aminés possédant plus d'un bras soient reliées entre elles seulement par le biais de certains bras. Un tel lien est appelé liaison peptidique. Les acides aminés peuvent se joindre de diverses manières, mais seuls les liaisons peptidiques permettent d'obtenir une protéine.
La recherche a montré que seulement 50 % des acides aminés, si les combinaisons s'effectuent au hasard, se combinent via des liaisons peptidiques, le restant se combinant par d'autres types de liens qui sont absents dans les structures protéiniques. De façon indubitable, il n'existe aucun mécanisme de contrôle permettant de ne sélectionner que les acides aminés lévogyres et s'assurant que ces derniers ne sont reliés entre eux que par des liaisons peptidiques.
Dans ces circonstances, voici comment se présente la probabilité pour que soit réalisée une molécule protéinique moyenne comprenant cinq cents acides aminés correctement agencés et en bonnes quantités, compte tenu que ces acides aminés soient lévogyres et que deux acides aminés consécutifs soient reliés par une liaison peptidique:
- La probabilité d'être dans la bonne séquence = 1/20500 =1/10650
- La probabilité d'être lévogyre = 1/2500=1/10150
- La probabilité d'utiliser des liaisons peptidiques = 1/2499=1/10150
PROBABILITE TOTALE = 1/10950 à savoir une chance sur 10950
La probabilité qu'une molécule moyenne de protéine comportant cinq cents acides aminés soient arrangés proportionnellement et en ordre exact et, qu'en plus tous les acides aminés qu'elle contient soient seulement gauchers et combinés uniquement avec des liens de peptide est de: 1 divisé par 10950. Nous pouvons écrire ce nombre, qui est formé après avoir ajouté 950 zéros après le 1, de la manière suivante:
10950 =
100,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,
000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000,000
Comme vous pouvez le voir ci-dessus, la probabilité de la formation d'une molécule protéinique comportant cinq cents acides aminés est égale à 1 divisé par un nombre formé en plaçant 950 zéros après un 1, c'est-à-dire un nombre incompréhensible pour l'esprit humain. Ce n'est qu'une probabilité purement théorique. En pratique, une telle possibilité ne se réalisera pas. En mathématiques, une probabilité inférieure à 1 divisé par 1050 est considérée comme n'ayant statistiquement aucune chance de se réaliser.
Alors que l'improbabilité de la formation d'une molécule protéinique composée de cinq cents acides aminés atteint un tel seuil, nous pouvons difficilement repousser les limites de l'esprit pour appréhender des niveaux d'improbabilité nettement supérieurs. Dans la molécule d'hémoglobine, qui est une protéine vitale, il y a cinq cent soixante-quatorze acides aminés, ce qui dépasse les données de l'exemple cité plus haut. Considérons maintenant ceci: dans un seul des milliards de globules rouges de votre corps, il y a 280 millions de molécules d'hémoglobine. L'âge supposé de la Terre n'est pas suffisant pour être en mesure d'envisager la formation de ne serait-ce qu'une seule protéine, sans parler d'un globule rouge, par la méthode d'essais successifs. La conclusion de tout ce qui précède est que la théorie de l'évolution sombre dans un abysse d'improbabilité dès le niveau correspondant à la formation d'une simple protéine.

obayd allah

Messages : 8
Date d'inscription : 05/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum